Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Famille

Famille

PMA, autoconservation des ovocytes, présomption de «co-maternité», accès aux origines : l'avis de la Commission nationale consultative des droits de l'homme sur la PMA propose de révolutionner la loi de bioéthique et la filiation.

Un tribunal de Montpellier a créé la notion de parentalité non genrée et a accordé ce statut inédit à un homme devenu femme.

Les juges ont décidé mercredi 14 novembre de faire inscrire la mention de « parent biologique » sur l’acte de naissance de l’enfant d’une femme transgenre.

vendredi, 05 octobre 2018 00:00

Coparentalité : la filiation en échec

Sans grande illusion, la prochaine loi de bioéthique risque fort d’autoriser la PMA pour les couples de femmes et les femmes célibataires. Elle renforcera des pratiques problématiques comme celle qu’on appelle aujourd’hui la « coparentatlité ». Sur cette question épineuse, Adeline Le Gouvello, avocate, dénonce les impasses d’une filiation fragilisée.

Jérome, 46 ans, est divorcé et père d’Arsène âgé de 7 ans. Il a « tenté de remplir les deux rôles parentaux pour son fils », mais « il y a des moments où il sent que son enfant est ‘en manque de maman’ », et « ne sait pas comment y faire face à 100% ».

À la veille de la fête des pères, selon un sondage IFOP[1] commandé par Alliance VITA, 93% des Français considèrent que « les pères ont un rôle essentiel pour les enfants ».

Page 1 sur 12

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.