ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

vendredi, 13 octobre 2017 00:00

Comment protéger nos enfants des dangers du web ?

Écrit par 

Cyber harcèlement, pédophilie, addiction… La présidente de l’association de protection des mineurs sur Internet, E-enfance, nous apporte des conseils pour les préserver les enfants des dangers du web.

En Europe, 93% des enfants âgés entre neuf et seize ans se connectent au moins une fois par semaine sur Internet. Entre 1 et 6 ans, ils y passent presque 5h par semaine et plus de 15h pour les adolescents âgés entre 13 et 19 ans. Face à cette hyperconnexion, les parents ne savent pas quelle attitude adopter. Faut-il leur interdire l’accès ? Le contrôle parental est-il nécessaire ? Comment les sensibiliser aux dangers du web ? Éléments de réponse avec Justine Atlan, présidente de l’association E-enfance spécialisée dans la protection des mineurs sur Internet.

À quels dangers mon enfant est-il exposé ?

Dans le monde très vaste d’Internet, les enfants peuvent être exposés à plusieurs risques. “Le premier, dans l’esprit des parents, c’est la rencontre avec un prédateur sexuel” débute crûment Justine Atlan. Réseaux sociaux, jeux en ligne, on ne sait jamais sur qui se cache derrière son écran.

Ils sont également exposés à des contenus inadaptés. “Sans le désirer, les mineurs peuvent tomber sur des sites à caractère pornographique, d’incitation à la violence, d’embrigadement sectaire ou terroriste” alerte-t-elle. Sur le net, 90% des enfants ont été confrontés au moins une fois à des contenus choquants, violents ou pornographiques

  Source: femmeactuelle.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Dernière modification le mardi, 31 octobre 2017 09:34
CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.