Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Points de vue

Points de vue

La violence constatée en France depuis plusieurs semaines, pousse le gouvernement à organiser un grand débat national dont il a choisi d’imposer les sujets : fiscalité et dépense publique, organisation de l’Etat et des services publics, transition écologique, démocratie et citoyenneté.

Le premier ministre Edouard Philippe s’est voulu rassurant : « Evidemment la parole est libre », mais Benjamin Griveaux (le porte-parole du gouvernement) a précisé que « le grand débat ce n’est pas le grand déballage, et il n’est pas question de revenir sur des avancées dans notre droit, que ce soit l’IVG, la peine de mort, le mariage pour tous » (source Localtis).

A quoi ressemble cette liberté d’expression sans expression libre ?

Cet exercice démocratique dont les sujets sont imposés par ceux qui l’organisent ne rassurera pas des citoyens qui ont soif de justice et de vérité. Il y a juste un an, le président de la République annonçait des états généraux, dont il n’a finalement pas tenu compte, parce qu’ils n‘allaient pas dans le sens de son programme politique. Il annonce aujourd’hui un grand débat, dont il voudrait que les conclusions corroborent la politique qu’il programme. Qu’il écoute, ou bien qu’il ne prenne pas garde (Ezéchiel 3 : 11), nous lui dirons avec respect ce que nous croyons juste et bon pour notre pays et le CPDH vous accompagnera pour cela.

Le président va écrire cette semaine à tous les français (le CPDH vous donne accès ci-dessous à l’intégralité du texte de cette lettre). C’est aujourd’hui que toutes les modalités du grand débat seront détaillées et le 15 janvier que le Président de la République se rendra dans le département de l’Eure, avant d’effectuer d’autres visites en région. Je serai du nombre de ceux qui le rencontreront mardi prochain et je prie pour que notre pays se détourne de ses mauvaises voies, comme nous sommes nous-même invités à le faire (2 Chroniques 7 : 14).

Que la semaine universelle de prière qui commence soit pour nous tous l’occasion d’intercéder pour la France et l’Europe (programme disponible en téléchargement : Programme Semaine Universelle de Prière).

« Persévérez dans la prière, veuillez-y dans une attitude de reconnaissance » (Colossiens 4 :2) … et l’année 2019 sera bonne !

  A consulter: Le grand débat national

Les états généraux de la bioéthique menés du 18 janvier au 7 juillet 2018, ont révélé l’extrême préoccupation des citoyens à propos des questions de filiation et l’attachement d’une très large majorité de la société civile au respect des droits de l’enfant.

Le livre du prophète Osée est sans doute l’un des plus difficiles à accepter tant il est choquant. Le prophète, homme de Dieu par excellence, doit épouser une prostituée, lui faire des enfants, accepter ses amants, divorcer pour revenir à elle…

En cette semaine pascale, alors que nous nous souvenons, en tant que chrétiens, du geste dramatique et généreux du Christ, l'actualité vient nous frapper, émotionnellement mais aussi salutairement. Dieu parle encore. Nous devons l'entendre encore.

Doit-on s’attendre à un « big bang bioéthique » en 2018 ? L’ouverture, le 18 janvier dernier, des « Etats généraux de la bioéthique » promet des débats publics passionnés sur plusieurs sujets sensibles, comme la fin de la vie, l’expérimentation sur les embryons ou la Procréation Médicalement Assistée.

La problématique de la bioéthique est présente depuis un peu plus de vingt ans dans les discussions entre médecins, juristes, hommes politiques, religieux et journalistes qui tentent d'analyser les conséquences sociales, juridiques, morales et culturelles de l'évolution des pratiques médicales sur le corps humain.

De la modestie en éthique : faire le choix d'une juste attitude, c'est difficile !

Page 1 sur 7