Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

C’est une première judiciaire en France. Un couple a obtenu devant le tribunal de Nantes qu’une fillette née d’une mère porteuse aux États-Unis soit inscrite sur l’état civil français avec le nom de son père biologique, et celui de sa «?mère d’intention?».

 

Le tribunal de grande instance de Nantes a reconnu jeudi la«?mère d’intention?»d’une enfant née à l’étranger de gestation pour autrui (GPA), a annoncé vendredi de l’avocat de la famille, qui a évoqué une évolution «?inédite?» dans la reconnaissance de la filiation maternelle.

«?La justice française a jugé que la filiation maternelle peut être reconnue en droit français dès lors qu’est démontré que l’enfant né à l’étranger sous gestation pour autrui est issu des gamètes de la mère française qui n’a pourtant pas accouché?», a déclaré Me Matthias Pujos, l’avocat du couple et de leur fille âgée de trois ans.

  Source: www.ouest-france.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

mardi, 14 mai 2019 00:00

Pourquoi je suis contre la GPA

Grain de Sel ou Grain de Poivre ? 14 mai 2019 – Eric Denimal – Pourquoi je suis contre la GPA 

Notre chroniqueur nous invite à prendre position, en amont des prochaines élections européennes.

  Source: pharefm.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

A l’approche des élections européennes, et à l’encontre de la « propagande médiatique [sur la GPA] défiant toute déontologie », la Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution (CIAMS « qui réunit des organisations féministes »), « demandent aux listes politiques de s’engager fermement sur ce sujet », « non seulement en réaffirmant la condamnation de la maternité de substitution, mais aussi en œuvrant pour son abolition ».

En Europe, la plupart des pays interdisent la GPA, « en application des textes internationaux sur les droits humains » : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, France, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Slovaquie, Slovénie, Norvège, Roumanie et Suède. Mais trois pays l’ont légalisée : Grande-Bretagne, Grèce et Portugal, et cinq pays la tolère : Albanie, Belgique, Irlande, République tchèque et aux Pays-Bas. De fait, le « recours à la GPA transfrontière met en échec toutes les législations prohibant cette pratique ». Pourtant, si la GPA « porte atteinte à l’intégrité et à la dignité des personnes en France, en Italie, en Allemagne, en Espagne, elle porte atteinte à la dignité de toutes les personnes qui sont amenées à la pratiquer, ailleurs dans le monde ».

  Source: www.genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 2 sur 55