Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 09 mars 2016 00:00

One of Us : le réveil de l’Europe de la vie

Écrit par 

EXCLUSIF MAG - Seize pays européens fondent la fédération One of Us, née de l’initiative citoyenne lancée en 2012. Son ambition?? Devenir la première force européenne de défense de la vie. 

L’Europe est imprévisible. En pleine bourrasque, alors que l’espace Schengen tombe en morceaux, que les États membres se querellent sur le sort des réfugiés et que Londres menace de quitter le navire, la «?vieille femme stérile?», comme la nomme le pape François, se dote enfin d’une colonne vertébrale. Mais cette fois-ci, cette faîtière continentale, qui va de Madrid à Bratislava, en passant par Paris et Stockholm, n’est ni politique, ni judiciaire, et encore moins économique ou financière. Elle est anthropologique et militante, faite de chair et de sang. Elle n’a pas été imposée d’en haut, dans les alcôves feutrées des ministères ou des partis politiques, mais trouve sa source dans la société civile. Quatre ans après le lancement del’initiative citoyenne One of Us (Un de nous), une trentaine de mouvements de seize pays se fédèrent pour devenir la principale force européenne de défense de la vie. Une première.

Comme l’Union européenne, cette Europe de la vie possède ses frontières?: celle de la dignité de la personne humaine de sa conception à sa mort naturelle. Elle a ses pères fondateurs?: saint Jean-Paul II et son ami le Pr Jérôme Lejeune. Tous deux, dès le début des années 1980 et la générali-sation des législations dépénalisant l’avortement, avaient appelé les organisations provie à se fédérer, conscients de l’urgence de mener une action commune à l’échelon européen. Leur appel était d’autant plus pressant que le planning familial avait pris une longueur d’avance dès la fin des années 1960 en créant l’IPPF (International Planned Parenthood Federation), rejoint en 1996 par ILGA Europe (International Lesbian and Gay Association). Sous la pression de ces deux organismes, les institutions européennes ont progressivement abandonné leur attachement aux racines judéo-chrétiennes pour dériver vers l’édification des droits individuels en norme suprême. «?Nous avons été trop longtemps absents du débat culturel?»,reconnaît aujourd’hui Jaime Mayor Oreja, le président de la fédération One of Us.

  Source: famillechretienne.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.