Famille

Verser des allocations familiales dès le premier enfant : la proposition musclée d’un rapport parlementaire

Verser des allocations familiales dès le premier enfant : la proposition musclée d’un rapport parlementaire 24 juin 2020
Allocations familiales dès le premier enfant
La députée MoDem, Nathalie Elimas, remettra début juillet au gouvernement le rapport de la mission parlementaire sur l’adaptation de la politique familiale française aux défis de la société du 21e siècle. Elle détaille pour Capital les mesures fiscales et budgétaires qu’elle propose.

Pour un Family Act à la française. C’est avec ces mots que la députée Nathalie Elimas résume le rapport parlementaire qu’elle doit remettre au gouvernement début juillet. Elle y aborde tant des mesures budgétaires que des questions relatives au logement, à la filiation et à la conciliation entre vie familiale et professionnelle. Une large partie de ce rapport est consacrée aux mesures qui visent à redonner du pouvoir d’achat aux familles.

Capital : Selon votre rapport, la modernisation de la politique familiale passe par une révision des allocations familiales ?

Nathalie Elimas : Les allocations familiales sont aujourd’hui versées à partir du deuxième enfant, des compléments sont attribués à partir du troisième et les montants varient en fonction des ressources de la famille. Ce sont des conditions qui ont été posées au moment de l’après-guerre, alors qu’il fallait reconstruire le pays et inciter les familles à avoir trois enfants et plus. Or, la modernité, c’est regarder les familles pour ce qu’elles sont au 21e siècle. Une écrasante majorité d’entre elles est composée d’un ou deux enfants et bon nombre sont monoparentales. Il faut donc adapter cette politique publique, la rendre plus efficace sans perdre de vue l’un de ses objectifs : compenser la charge éducative de l’enfant au foyer. C’est pourquoi je propose de verser les allocations familiales dès le premier enfant. C’est une mesure cohérente avec d’autres qui ont été prises ou ont été proposées. Par exemple, l’aide exceptionnelle liée à la crise du Covid-19 est versée aux familles dès le premier enfant. Je pense aussi à la discussion qui avait lieu autour de la réforme des retraites d’attribuer des droits dès le premier enfant.

Source : capital.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine