Famille Vidéos

Un changement de regard sur la trisomie 21 ?

Un changement de regard sur la trisomie 21 ? 29 octobre 2020

Retirée de la diffusion à la demande du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, la vidéo Dear Future Mom a fait l’objet de recours devant la CEDH qui a accepté d’examiner l’affaire. Grégor Puppinck, docteur en droit, directeur de l’ECLJ, évoque les raisons d’espérer.

À l’occasion la journée mondiale pour la trisomie 21 en 2014, la vidéo « Dear Future Mom » a été diffusée sur de grandes chaînes de télévision dans plusieurs pays : Allemagne, Angleterre, Croatie, Espagne, États-Unis, Irlande, Italie, Nouvelle-Zélande et Russie. Des enfants et adolescents trisomiques parlant plusieurs langues exprimaient à la fois leur bonheur, leurs difficultés et leur différence. Ils informaient et rassuraient les futures mères inquiètes en raison de ce handicap.

En France, la diffusion de cette vidéo sur Canal +, M6 et D8 avait dérangé le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Après avoir été saisi de seulement deux plaintes de téléspectateurs, l’autorité de régulation avait demandé à ces chaînes de ne plus diffuser la vidéo. Le motif était que la parole de ces jeunes était « susceptible de troubler en conscience des femmes qui, dans le respect de la loi, avaient fait des choix de vie personnelle différents ».

Que sont ces « choix de vie personnelle différents », au nom desquels les personnes trisomiques ne peuvent pas exprimer leurs propres différences et témoigner librement sur leur « vie personnelle différente » ? Ce sont des interruptions médicales de grossesse (IMG), c’est-à-dire l’avortement de bébés ayant une maladie ou un handicap, légal jusqu’au terme de la grossesse en France. Dans les faits, ces « choix de vie » se sont transformés en dépistage et élimination systématiques de près de 100 % des bébés porteurs de trisomie 21.

Source : genethique.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine