Famille

Tous les nouveau-nés bientôt dotés d’un double nom de famille?

Tous les nouveau-nés bientôt dotés d’un double nom de famille? 26 mai 2021
double nom de famille

Tous les nouveau-nés bientôt dotés d’un double nom de famille? – Un collectif de parents et un député militent pour un changement des règles: le nom des deux parents serait automatiquement donné à un enfant à la naissance. Objectif: ne pas défavoriser les mères, dont l’enfant porte encore souvent le seul nom du père.

« On nous demande une autorisation du père », « Il faut prouver qu’on ne kidnappe pas ses enfants », ou encore « montrer le livret de famille » lorsqu’on voyage: comme beaucoup d’autres, Marine Gatineau-Dupré, mère de deux enfants qui a fondé le collectif « Porte mon nom », milite pour une modification de la loi sur la transmission du nom de famille.

Sa page Facebook est déjà forte de plus de 2400 témoignages : tous émanent de mères, qui déplorent le fait de ne pas porter le même nom que leurs propres enfants.

Il y a pire: selon le collectif, le sujet aboutit à des tromperies, des pressions, voire des violences au sein de couples. Extraits:

J’ai insisté pour le double nom, mais monsieur m’a fait une crise et, sous l’emprise des émotions, j’ai cédé. En sortant de la mairie, il m’a dit calmement au téléphone : ‘ça fait du bien d’avoir un enfant qui porte son nom’. Je me suis écroulée intérieurement, démolie, triste

Une autre, qui dénonce des menaces:

Lorsque j’étais avec le père de mon fils, ce dernier s’est montré menaçant quand j’ai voulu mettre mon nom accolé au sien. J’ai insisté un soir et il m’a frappé (…) Aujourd’hui nous sommes séparés. Lorsque je dois donner son nom chez le médecin, l’école ou autre démarche, j’ai une boule au ventre car toutes les violences remontent

Le nom du père, seul, dans 80% des cas

La loi du 4 mars 2002 n’a pas profondément changé la situation: si les parents peuvent choisir quel nom ils transmettront à leurs enfants, la plupart restent « traditionnels ».

Ils ont pourtant le choix: celui du père, de la mère, ou les deux accolés. Dans l’ordre choisi par les parents.

En cas de désaccord, la loi Taubira prévoit que l’enfant portera les deux premiers noms de chacun des parents, accolés, dans l’ordre alphabêtique.

Et pourtant… selon l’Insee, plus de 81% des enfants nés en 2019 ont pris uniquement le nom de leur père, contre 6,6% le nom de leur mère. Dans les autres cas (environ 12%), les deux noms ont été accolés avec, pour la majorité des naissances, le nom du père en premier.

Source : ledauphine.com

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Parce qu’il existe des parents ne s’entendent pas, faudra-t-il modifier la loi sur le « nom de famille » ? Les instigateurs de ce projet veulent partir des histoires malheureuses de quelques-uns pour imposer une nouvelle norme à tous. Sans compter évidemment, le poids symbolique pour l’enfant de se retrouver au centre d’une lutte des sexes ou chacun essaie de dominer l’autre.