Théorie du genre

Céline Masson et Caroline Eliacheff : «Il n’existe que deux sexes, mâle et femelle»

Céline Masson et Caroline Eliacheff : «Il n’existe que deux sexes, mâle et femelle» 4 mars 2022

Céline Masson et Caroline Eliacheff : «Il n’existe que deux sexes, mâle et femelle» – Dans un essai polémique, les deux spécialistes de l’enfance s’érigent contre ceux qui veulent abolir la frontière sexuelle entre filles et garçons. Et alertent sur les troubles provoqués à l’adolescence.

Les demandes de changement de sexe chez les enfants, en Europe comme aux États-Unis, explosent. Le diagnostic de dysphorie de genre, soit le sentiment d’inadéquation entre le sexe de naissance et le ressenti, aurait augmenté, selon les pays, de 1 000 % à 4 000 %. Formidable émancipation de la biologie ? L’expression d’une majestueuse liberté, permettant d’échapper à son appareil génital en choisissant, dès l’adolescence, de devenir une fille ou un garçon ? « Ce besoin de vivre dans un genre différent du sexe assigné à la naissance relève d’une subculture idéologique, contagieuse via les réseaux sociaux, et se rapproche d’une emprise sectaire », mitraillent Caroline Eliacheff et Céline Masson, les auteures de « La fabrique de l’enfant transgenre ». Leur démonstration, publiée cette semaine par les éditions de L’Observatoire, y va fort. Et a connu, avant même d’arriver dans les librairies, quelques mésaventures.

Gallimard, dans sa collection « Tracts », avait reçu le manuscrit, relu celui-ci. Puis, rien. Silence. Frilosité ? Sous la bannière des éditions de L’Observatoire donc, voici ce manifeste, écrit par Caroline Eliacheff, pédopsychiatre et psychanalyste de renom, et la professeure de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent à l’université de Picardie, Céline Masson. D’emblée, les deux professionnelles de l’enfance précisent que « les choix des adultes transgenres ont toujours existé. Ces personnes ont le droit de vivre de façon banalisée, le droit à l’indifférence, un impératif moral de toute société démocratique ».

Source : parismatch.com

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Une interview courageuse de ces deux spécialistes de l’enfant ! Affirmer aujourd’hui qu’il n’existe que deux sexes et que cela ne peut pas changer est très courageux. En même temps, il faut protéger les enfants de l’idéologie du genre mortifère et des intérêts privés dont ils sont victimes. Les auteures de « La Fabrique de l’enfant-transgenre » pointent du doigt l’intérêt financier des laboratoires pharmaceutiques à vendre des traitements d’hormonothérapie à des enfants jusqu’à la fin de leurs jours. De quoi faire réfléchir.