Sexualité

Le gouvernement relance le débat sur l’assistance sexuelle des personnes handicapées

Le gouvernement relance le débat sur l’assistance sexuelle des personnes handicapées 9 février 2020
Le gouvernement relance le débat sur l’assistance sexuelle des personnes handicapées

La secrétaire d’Etat Sophie Cluzel a saisi en ce sens le Comité consultatif national d’éthique (CCNE). « Tout l’enjeu », selon elle, « est de remettre les personnes handicapées en pleine citoyenneté, dans le respect et la dignité ».

« La société a mûri » sur ce sujet, même s’il reste « tabou ». C’est sur la base de ce constat que le gouvernement a décidé ce week-end de rouvrir le débat sur le recours à des assistants sexuels pour les personnes handicapées. La secrétaire d’Etat Sophie Cluzel a saisi en ce sens le Comité consultatif national d’éthique (CCNE).

« Je suis très favorable à ce qu’on puisse accompagner [la] vie intime, affective et sexuelle » des personnes handicapées, a-t-elle déclaré lors du « Grand Rendez-vous » Europe 1-CNews-Les Echos, dimanche, à deux jours de la conférence nationale du handicap que doit présider Emmanuel Macron. « Tout l’enjeu […] c’est de remettre les personnes handicapées en pleine citoyenneté, dans le respect et la dignité », a-t-elle souligné.

En recourant à des assistants sexuels, il ne s’agit pas « d’ouvrir un réseau de prostitution, cette question est totalement ridicule, à côté de la plaque », a-t-elle assuré. Des « assistants de vie sexuelle existent déjà en Belgique, aux Pays-Bas, en Suisse. Allons voir comment ont été formées ces personnes », a préconisé Sophie Cluzel.

Source : lemonde.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

La secrétaire d’Etat, Sophie Cluzel, passe commande auprès du Conseil Consultatif National d’Ethique à propos de ce que le gouvernement semble vouloir mettre en place : des « aidants sexuels pour les personnes handicapées. En 2012, le CCNE n’avait pas donné de feu vert : « Il n’est pas possible de faire de l’aide sexuelle une situation professionnelle comme les autres en raison du principe de non-utilisation marchande du corps humain ». La secrétaire d’Etat prétend qu’aujourd’hui « la société a mûri » … Inquiétant !