Famille

« Père », « mère » : ces mots jugés « discriminatoires » du Royaume-Uni au Québec

« Père », « mère » : ces mots jugés « discriminatoires » du Royaume-Uni au Québec 20 février 2021
père mère

« Père », « mère » : ces mots jugés « discriminatoires » du Royaume-Uni au Québec – Dorénavant, dans certains hôpitaux anglais, les sages-femmes devront éviter d’utiliser les termes « lait maternel », « mère », ou « père » devant les personnes transgenres pour ne pas les blesser. Au Québec, la Cour supérieure a ordonné au gouvernement de changer des articles de loi jugés discriminatoires envers les individus trans ou non binaires. Ou quand les minorités écrivent l’histoire.

Le changement linguistique est en marche. Au Royaume-Uni, les hôpitaux universitaires de Brighton et Sussex mettent en place une modification du langage dans les maternités pour faire disparaître ce qu’ils estiment être de la « transphobie traditionnelle ». Ainsi, devant un public trangenre ou non binaire, les sages-femmes sont invitées à remplacer l’expression « lait maternel » par « lait humain » ou « lait de poitrine ». Pour ne pas blesser les personnes dont l’expression de genre n’est pas en adéquation avec l’identité de genre, les mots « père » et « mère » sont remplacés par « parent » ou « personne ». Et puisqu’on n’arrête pas le progrès, le « service maternité » s’appelle désormais le « service prénatal ».

Dans un document instaurant les nouvelles règles linguistiques, ces hôpitaux universitaires estiment « qu’il existe actuellement un essentialisme biologique et une transphobie dans les récits et les discours traditionnels portant sur la naissance. » Animés par de bonnes intentions, les professionnels de la santé poursuivent : « Nous nous efforçons de protéger nos utilisateurs de services trans et non binaires et nos professionnels de la santé contre des persécutions supplémentaires en raison des changements de terminologie. »

Si ces adaptations du langage sont une première dans le pays, en France, certains professionnels craignent l’importation de ces nouvelles normes. « Il s’agit de gommer les choses naturelles, et ce genre de modifications linguistiques arrivera en France, les changements de mentalité vont vite », s’inquiète Delphine de Riberolles, sage-femme depuis une quinzaine d’années, à Paris. « La tendance actuelle est de dégenrer les individus », ajoute-t-elle. Si elle explique s’adapter lorsqu’elle est éventuellement en face d’un individu transgenre, elle refuse de transformer le réel. Et conclut : « Restons simples, avec de vrais repères ».

Source : marianne.net

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

La folie humaine n’a pas de limite ! Si une personne accouche ou allaite, c’est bien une femme pourtant ! Les idéologies du genre veulent nier la biologie humaine au profit d’un ressenti subjectif et qui peut-être changeant dans le temps. C’est une société bâtie sur le sable qu’elles nous proposent afin de casser nos certitudes intérieures, nos constructions sociales, la transcendance avec notre Créateur, et de créer une forme d’anarchie sur tous les plans et surtout sans Dieu. Il faut résister, cela passe déjà par le langage et le refus d’utiliser les néologismes et les formats d’écriture que l’on nous propose.