Famille

52 % des étudiants français vivent encore chez leurs parents : pourquoi la solidarité familiale constitue désormais l’un des outils les plus efficaces pour lutter contre la crise

52 % des étudiants français vivent encore chez leurs parents : pourquoi la solidarité familiale constitue désormais l’un des outils les plus efficaces pour lutter contre la crise 10 avril 2020
52 % des étudiants français vivent chez leurs parents

En période de crise, on reste chez soi ! Bonne ou mauvaise idée ? La frontière entre solidarité familiale et dépendance financière et affective est bien mince.

Atlantico : D’après une étude CSA réalisée pour le site Log-etudiant, 52% des étudiants français en 2016 vivent chez leurs parents… Au total, toujours selon l’étude, seuls 33% des étudiants réussissent à trouver un logement indépendant (seuls ou en colocation). Sous quelles formes la solidarité intergénérationnelle au profit des jeunes adultes s’illustre-t-elle actuellement ? Dans quelle mesure cette entraide permet-elle de pallier le contexte économique morose qui traverse la société ?

Serge Guérin : Tout d’abord, permettez-moi de dire que cette étude est particulièrement intéressante puisqu’elle prouve que, contrairement à ce que l’on a l’habitude de croire, la solidarité intergénérationnelle fonctionne.

Si elle est populaire aujourd’hui, c’est qu’elle incarne une réponse pratique à un besoin pragmatique : celui du logement. Qu’il s’agisse de prêts financiers entre membres de la même famille, ou bien de cohabitations prolongées entre parents et enfants, la solidarité familiale tend vers un même but : répondre efficacement à l’augmentation des coûts du logement. Besoin d’autant plus imminent que, dans ce contexte morose, comme vous dites, les jeunes rencontrent plus de difficultés pour trouver un travail ; tandis que les familles, subissant elles aussi les effets de la crise, sont moins en mesure d’aider pécuniairement leurs enfants. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on en vient à observer des aides en provenance de la troisième génération. Les grands-parents pouvant parfois pallier les besoins de leurs enfants ou petits-enfants.

La solidarité familiale, quelle que soit sa forme, est à appréhender comme une réponse de proximité. Elle se manifeste lorsque l’Etat providence n’assure pas sa fonction providentielle … lorsque nombre des mesures instaurées par le gouvernement n’aident clairement pas les destinataires, mais participent au contraire à aggraver leur sort. Prenez les APL, ou ces organismes réduisant le prix des permis de conduire : ils visent a priori à aider les jeunes, et à stimuler l’économie. Mais en réalité, ces mesures alimentent un cercle vicieux en participant à l’augmentation des prix immobiliers et des obtentions de permis.

Source : lamanifpourtous.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine