CPDH Education Famille Sexualité

Prévenir les conduites à risque de traite

Prévenir les conduites à risque de traite 19 juillet 2019

La prévention auprès des jeunes joue un rôle déterminant dans la lutte contre la traite à des fins d’exploitation sexuelle. Elle permet aux mineurs de se préserver des risques en connaissance de cause. Mais la sensibilisation en milieu scolaire se heurte aux a priori des parents et enseignants, alors qu’elle concerne les programmes de l’Education Nationale. Aujourd’hui, les mentalités évoluent et le contexte semble plus propice à ces actions de prévention.

Nicolas Bezin : Qu’est-ce qui lie exploitation sexuelle et traite en ce qui concerne les enfants ?
Arthur Melon : Pour qualifier l’infraction de traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, le droit nécessite de prouver l’existence de moyen de coercition exercé à l’encontre des victimes. Dès lors, les infractions de proxénétisme peuvent être qualifiées de traite. Toutefois, s’agissant des victimes mineures, pour qualifier la traite, il n’est pas nécessaire de prouver l’existence de moyen de coercition. En conséquence, légalement, tout mineur (0-18 ans) victime de proxénétisme peut être automatiquement considéré comme victime de traite des êtres humains.

N. B. : Pourquoi mettez-vous l’accent sur la prévention pour lutter contre l’exploitation sexuelle ?
A. M. : Nous nous sommes rendu compte que lorsqu’un adolescent tombe dans l’exploitation sexuelle, il est très difficile de le convaincre de s’en extraire. Nous considérons donc qu’il est alors bien tard pour agir, et qu’il vaudrait mieux intervenir en amont. Nous constatons également que beaucoup de jeunes qui adoptent des conduites à risque d’exploitation sexuelle, ont subi auparavant des traumatismes d’ordres sexuel ou sentimental qui auraient certainement pu être évités s’il y avait eu des actions de prévention auprès de ces jeunes. Pour nous, les conduites à risque ne sont que les symptômes d’un mal plus profond. Dans ce cas, la prévention permet de limiter les risques en amont, en s’attaquant aux causes qui mènent à l’exploitation.

  Source: contrelatraite.org