ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 11 septembre 2017 00:00

Le transhumanisme, une utopie ou un danger ?

Écrit par 

À quel moment passe-t-on de la médecine qui soigne à la médecine qui améliore, voire qui augmente l’homme ? À quel moment le combat contre la souffrance et la maladie change-t-il de nature pour devenir un combat contre la finitude humaine ? Voilà les questions que pose ce que l’on appelle le transhumanisme.

 De quoi s’agit-il ?

Le transhumanisme est un courant de pensée né dans les années soixante de la nouvelle gauche et le mouvement des droits civiques, et de la contre-culture beatnick. Les plus extrêmes d’entre eux affirment qu’à terme, nous allons vaincre la mort. Ils n’hésitent pas à souscrire des assurances afin de se faire cryogéniser de façon à ce qu’on puisse (un jour ?) télécharger le contenu de leur cerveau dans un ordinateur afin de revivre, y compris sur une autre planète. D’autres, plus soft, affirment qu’il faut accompagner le progrès technique inévitable, et plutôt que de vouloir le freiner par le principe de précaution, ils souhaitent qu’on l’accélère, sûrs que la technique trouvera des réponses aux problèmes posés par la technique.

"Soft" ou "hard", il s’agit d’en finir avec la maladie, le vieillissement et la mort. Il faut donc en finir avec les limites. L’homme peut désormais prendre en main son évolution et se transformer, en modifiant sa conscience, ses perceptions, ses facultés, en "s’augmentant". Cette augmentation sollicite la médecine et ses dispositifs, biologiques, génétiques, neurologiques, cognitifs, auxquels il faut ajouter l’informatique et la robotique.

Les questions posées par la technique

Utopique, effrayant ou séduisant, le discours des transhumanistes a des effets dans le réel, et ce sont ces effets qui nous intéressent. Depuis les débuts de l’humanité, la technique et notamment la technique médicale, a eu pour but d’améliorer les conditions de vie de l’homme. Mais dans le transhumanisme, ce qui est en cause est différent, puisqu’il s’agit non plus simplement d’améliorer les conditions de la vie humaine, mais bien d’en modifier la nature, en visant une augmentation des capacités humaines.

  Source: lesechos.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.