ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 17 mai 2017 00:00

En France, 3 % des mariages sont des unions homosexuelles

Écrit par 

Quatre ans après la promulgation de la loi Taubira, le nombre de mariages entre personnes de même sexe a connu un pic en 2014, avant de se stabiliser autour de 7 000 par an.

 On dispose désormais d’une vue précise de l’ampleur des unions homosexuelles en France. Quatre ans après l’entrée en vigueur de loi Taubira, ces dernières restent, au final, très limitées en nombre. Prononcées surtout dans les grandes villes – et notamment à Paris –, elles concernent surtout les couples de femmes. Décryptage.

Des unions stables en nombre

Les premières unions homosexuelles ont été scellées dans la foulée de la loi Taubira, promulguée le 17 mai 2013. On a recensé cette année-là pas moins de 7 324 mariages entre personnes de même sexe. Après un pic l’année qui a suivi – 10 399 unions prononcées –, leur nombre a été decrescendo ensuite : 7 751 en 2015 et quelque 7 000 en 2016 (1).

« Beaucoup de couples, notamment ceux ayant une longue vie commune derrière eux, se sont mariés dans la foulée de la loi, explique Martine Gross, chercheuse en sciences sociales au CNRS. Les choses se sont stabilisées depuis. Ces mariages ont désormais atteint leur rythme de croisière en tournant autour de 7 000 par an en moyenne. » 2017 pourrait toutefois constituer une exception : la perspective d’une victoire de Marine Le Pen – qui souhaitait abroger le mariage pour tous au profit d’un « pacs amélioré » – se serait accompagnée d’une recrudescence des unions en début d’année.

  Source: la-croix.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Publication

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.