ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 17 mai 2017 00:00

La nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn est favorable à l’euthanasie

Écrit par 

Nommée ministre des Solidarités et de la Santé le 17 mai dans le premier gouvernement d'Emmanuel Macron et Édouard Philippe, Agnès Buzyn s’était déclarée personnellement favorable à l’euthanasie, lors d’un colloque au Grand Orient de France en 2015, sur la « fin de vie des enfants ». 

« À titre personnel, je suis en faveur de l’espace de liberté belge ». La présidente de l’Institut national du cancer en France (INCa) Agnès Buzyn avait clairement indiqué son sentiment favorable à la dépénalisation de l’euthanasie en vigueur en Belgique, tout en précisant qu’elle n’engageait pas son institution. Elle l’avait fait dans le cadre d’un colloque intitulé La fin de vie des enfants, organisé le 3 octobre 2015 par le Grand Orient de France, principale obédience maçonnique française. Famille Chrétienne s’était glissée dans ce cercle restreint pour en rapporter les échanges.

Pourtant, quand on lui demandait si des enfants en fin de vie émettaient le souhait de mourir, Agnès Buzyn, qui a fait toute sa carrière de médecin à l’hôpital Necker, était catégorique : « À la lumière de mon expérience, je peux affirmer que les enfants en fin de vie ne demandent pas à mourir. Ils n’ont pas peur de la mort. Ce qui les rend malheureux, c’est de décevoir leurs parents, et de leur faire de la peine ». Une réalité qui avait ému l’assistance, qui planchait paradoxalement entre adultes sur l’euthanasie des enfants.

Agnès Buzyn intervenait sous les arcanes du Temple Groussier, rue Cadet (Paris), siège du Grand Orient, aux côtés du sénateur socialiste belge Philippe Mahoux, « père » de la loi dépénalisant l’euthanasie en 2002. Il est également auteur de la loi qui a étendu l’euthanasie aux enfants, en 2014. Autre invité présent lors des échanges, le député du Rhône Jean-Louis Touraine, alors membre du Parti socialiste, qui plaidait sans relâche pour l’euthanasie des adultes, et des enfants. Conseiller d’Emmanuel Macron pendant la campagne, il brigue un nouveau mandat législatif à Lyon, cette fois sous l’étiquette La République En Marche (LREM).

  Source: famillechretienne.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.