ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

vendredi, 14 avril 2017 00:00

Sondages sur l'euthanasie : de 95% à 34% de réponses favorables selon la question

Écrit par 

Alors que les sondages font l'actualité, "Envoyé spécial" s'est penché sur les secrets de leur fabrication. Orienter une enquête d'opinion, c'est simple : souvent, la réponse est dans la question… Extrait avec l’exemple de l'euthanasie.

Le chiffre massif de 95% de Français en faveur d'une nouvelle loi sur l'euthanasie est mis en avant par l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Mais voici comment la question a été posée : "Selon vous, la loi française devrait-elle autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie de ces personnes souffrant de maladies insupportables et incurables si elles le demandent ?" "Souffrance", insupportable", "incurable"… des termes loin d'être neutres. 

Quand la question n'est pas neutre

Choisis pour orienter la réponse ? Jean-Luc Romero, le président de l'ADMD, s'en défend et argue que l'Ifop pose la même question depuis des années avec le même résultat. Pour Alain Garrigou, directeur de l'Observatoire des sondages, la chose est claire : "Ce n'est pas une question neutre : [elle] incite à la compassion et fait de celui qui n'accepte pas une sorte de salaud." Une question neutre serait plutôt formulée comme suit : "D'après vous, faut-il faire voter une loi visant à autoriser l'euthanasie ?" L'expert accuse l'Ifop de "faute méthodologique" : biaiser volontairement la formulation pour orienter les réponses dans le sens du commanditaire.

  Source: francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Dernière modification le jeudi, 20 avril 2017 09:31
CPDH-Publication

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.