ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 13 juin 2017 00:00

Né avant la fin du délai légal d'avortement : l'histoire d'un des bébés les plus prématurés de Grande Bretagne

Écrit par 

Le 31 mars 2017, le petit Austin est né avec 18 semaines d’avance. Il ne pesait pas alors plus de 570 grammes. Sa peau était tellement fine qu’on pouvait discerner ses organes et ni ses oreilles, ni ses poumons n’étaient achevés.

Au Royaume Uni, l’avortement est autorisé jusqu’à 24 semaines de grossesse, Austin était âgé de 22 semaines à sa naissance. Sa mère, Helen, explique : « Ils nous ont demandé si nous voulions une aide médicale pour lui, étant donné son degré de prématurité. J’ai dit aux médecins que s’il respirait, je voulais qu’ils fassent tout leur possible, et c’est ce qu’ils ont fait ».

Austin a été emmené à l’hôpital Heartlands à Birmingham où il a reçu des soins pendant 7 semaines. Durant ces quelques semaines, il a beaucoup grandi et il respire de mieux en mieux. Ses parents souhaiteraient pouvoir ramener leur fils à la maison le 28 juillet, date à laquelle il aurait dû naître.

Helen pense que cet enfant est « un double miracle ». Il y a quelques années, elle a en effet été diagnostiquée comme ayant des ovaires polykystiques la rendant incapable d’avoir des enfants. « On m’a dit il y a plusieurs années que j’aurais probablement une ménopause précoce et les enfants n’étaient pas prévus dans l’agenda, donc Austin a été un petit miracle dès le début ».

Jonathan Cusack, pédiatre en néonatologie à l’hôpital de Leicester, confie : « Nous sommes heureux de voir qu’Austin se débrouille aussi bien à présent, étant donné la prématurité qui était la sienne à la naissance – il a clairement montré qu’il était un battant ». 

  Source: genethique.org

Dernière modification le mercredi, 14 juin 2017 08:18
Gerald

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.