ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Dons d'organes

Dons d'organes

Depuis le 1er janvier 2017, un décret a quelque peu modifié les modalités du don d’organe. Le Dr Patrice Guerrini nous en dit plus sur le don et la greffe chez les enfants et adolescents.

Au 1er janvier, la modification de la loi concernant les conditions de prélèvements d’organes est entrée en vigueur : « faute de volonté contraire, informatiquement enregistrée, chaque citoyen sera considéré comme donneur ». La consultation des proches n’aura plus le même caractère juridique. Bien que l’intention affichée soit louable –« pallier la pénurie des dons d’organes, pour sauver plus de vie »-, ce changement fait polémique, et « les équipes médicales doutent de son efficacité ».

En France, le nombre de greffes a progressé de 7% en 2015. Pour améliorer les conditions de recueil du consentement au prélèvement, la loi sur le don d’organes va connaître d’importants changements au 1er janvier 2017. Le point auprès de l’Agence de la biomédecine, et reportage vidéo en immersion au bloc opératoire. 

C'est aujourd'hui la journée mondiale du don d'organe et de la greffe promulguée depuis 2005 par l'Organisation mondiale de la santé. Comment exprimer son choix ? Quel rôle jouent les proches ? Toutes les réponses à vos questions.

mardi, 11 octobre 2016 00:00

Don d'organe : 10 questions, 10 réponses

Le don d'organe permet de sauver des patients en attente d’une greffe. Il est très personnel de décider si l'on accepte ou non d'être donneur d'organes après son décès, sachant que la question peut aussi se poser de son vivant.

E-santé vous propose 10 questions fréquentes et 10 réponses pour mieux connaître le don d'organes et vous forger une opinion.

L'arrêté relatif aux règles de bonnes pratiques relatives à l'entretien avec les proches dans le cadre d'un prélèvement d'organes et de tissus sur personne décédée est paru ce 25 août au Journal officiel.

Page 1 sur 6

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.