ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Addictions

Addictions

La plupart des enfants et des adolescents entre 12 et 19 ans ont un rapport sain à Internet. Un mineur sur dix souffre en revanche d'addiction problématique à la toile. La dernière étude James de la haute école zurichoise ZHAW et de Swisscom le révèle.

Pour une spécialiste anglo-saxonne, l’utilisation d‘Instagram ou Snapchat est aussi addictive pour un enfant que de boire de l’alcool ou prendre de la drogue…

Une étude menée par Statista après de 10 pays différents révèle que les humains passent de plus en plus de temps sur leurs smartphones. Dans beaucoup de pays, le temps passé sur les téléphones a doublé depuis 2012, et certains utilisateurs passent de 3 heures à 5 heures par jour sur leur appareil mobile.

La surconsommation d'écrans entre l'âge de 0 et 4 ans serait extrêmement nocive au développement cérébral de l'enfant, certaines formes d'autisme pourraient même y être liées. Des professionnels tirent la sonnette d'alarme.

Selon des chercheurs en neurosciences, la maladie ne s’expliquerait pas par la peur de grossir, mais par le plaisir de maigrir. Une hypothèse qui ouvre la voie à des thérapies ayant fait leurs preuves chez les toxicomanes.

Le mécanisme de la dépendance à l’alcool peut modifier la structure du cerveau. Briser le cercle vicieux demande beaucoup de travail.   

Page 1 sur 8

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.