ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 10 octobre 2017 00:00

Débat : quatre raisons de s’opposer à la PMA pour toutes

Écrit par 

La « PMA » est l’objet de discussions vives depuis plusieurs années. Ici, nous entendons la PMA, pour procréation médicalement assistée, dans le sens que ce sigle a pris récemment pour qualifier, non pas l’ensemble des techniques de procréation qui font intervenir des spécialistes de la biomédecine, mais spécifiquement l’insémination artificielle avec donneur de sperme (IAD) de femmes seules ou de couples féminins.

Nous utiliserons le sigle AMP, ou assistance médicale à la procréation, pour désigner à la fois l’insémination artificielle et la fivète ou fécondation in vitro (FIV) et transfert d’embryon.

Les promesses du candidat Macron de légaliser la « PMA » ont relancé ce débat dans le cadre de la révision des lois de bioéthique prévue pour 2018-2019. Les Français sont aujourd'hui une majorité (64 %) à se déclarer favorables « à ce que les couples de femmes homosexuelles désirant un enfant puissent avoir recours à l’insémination artificielle (ce qu’on appelle aussi la PMA) pour avoir un enfant », selon le sondage Ifop pour le site my-pharma.info réalisé les 20 et 21 septembre.

Le plus souvent, les partisans de cette pratique se réclament de l'égalité des sexes et de droits communs à toutes les femmes, dont le « droit à l’enfant » pour les homosexuelles, tandis que les opposants défendent la famille traditionnelle avec papa, maman et bébé.

Mon propos est d’argumenter sur quelques points qui échappent à l’idéologie mais devraient raisonnablement poser les bases d'un refus de cette « PMA ». Ces réflexions sont développées dans mon livre, Faire des enfants demain (Seuil).

Le penseur autrichien Ivan Illich écrivait dans son livre Némésis médicale, en 1975 : « Il convient de fixer des limites raisonnées aux soins de santé classiques. L’urgence s’impose de définir les devoirs qui nous incombent en tant qu’individus, ceux qui reviennent à notre communauté, et ceux que nous laissons à l’État ». C’est avec cette référence à l’autonomie qu’il faut d’abord penser ce que signifie « la PMA pour tous et toutes ».

  Source: theconversation.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.