ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 15 mai 2017 00:00

Agroécologie: petit frémissement ou grand tournant?

Écrit par 

Côté agriculture, la présidence Hollande aura été marquée du sceau de l’agroécologie et de la réduction des pesticides. Du moins dans les discours et les intentions. Dans les champs, les résultats se font encore attendre.

Lancé en 2008 dans la foulée du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto 1 aura largement failli. Au lieu d’une réduction de moitié des pesticides d’ici 2018, ces substances ne cessent d’imprégner toujours plus nos champs, avec une utilisation en hausse de 5% par an en moyenne sur la période 2009-13 –mais une légère baisse entre 2014 et 2015.

Plutôt que de boire le vin jusqu’à la lie, le ministère de l’agriculture, tout du long dirigé par Stéphane Le Foll, a préféré saborder Ecophyto avant l’heure pour le remplacer, en 2015, par un Ecophyto2. Avec des objectifs de réduction repoussés à 2020 (-25%), puis à 2025 (-50%).

Parmi les mesures emblématiques de nouveau plan, citons la mise en place des certificats d’économie des produits phytosanitaires (CEPP), selon le même modèle que les certificats d’économie d’énergie. Après annulation d’une première ordonnance, fin décembre 2016 par le Conseil d’Etat, le décret les instituant a été publié fin avril.

Le bio en plein boom

Malgré ces cahots, le bio ne cesse de progresser, et à très grande vitesse: fin 2016, 1,54 million d’hectares étaient cultivés en bio en France, soit 16% de plus que l’année précédente. A 5,4% de sa surface agricole utile, le bio français demeure toutefois en-dessous de la moyenne européenne (6,2%).

  Source: journaldelenvironnement.net

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Publication

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.