ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

samedi, 07 octobre 2017 00:00

Les neurosciences, marotte du ministre de l'Education, une piste pour apprendre mieux ?

Écrit par 

Les neurosciences sont régulièrement mises en avant par le ministre de l'Education. Peuvent-elles améliorer les pratiques enseignantes et faciliter l'apprentissage des élèves ? Oui, à condition de ne pas occulter d'autres champs de recherche, estiment des spécialistes.

Jean-Michel Blanquer s'est à de nombreuses reprises prononcé en leur faveur pour modifier les méthodes d'enseignement ou les programmes. Il les a par exemple mentionnées lorsqu'il a préconisé la méthode de lecture dite "syllabique", ou la maîtrise des quatre opérations au CP et au CE1. "Comme le démontrent les travaux de recherche en sciences cognitives, sur lesquels on doit s'appuyer, la plasticité du cerveau est particulièrement forte dans les premières années de la vie, beaucoup moins ensuite", déclarait-il récemment.

Il se réfère aussi régulièrement au neuroscientifique Stanislas Dehaene, du Collège de France, qui est convaincu que "nous ne pouvons pas enseigner convenablement" sans comprendre "ce qui se passe dans la tête de l'enfant".

"L'angle mort de l'éducation nationale, c'est le cerveau des enfants, or c'est l'organe de l'apprentissage, de la réflexion, du bien être. D'ici dix ans, tout le monde l'aura compris", prédit Olivier Houdé, qui dirige la chaire Sorbonne Neuroéducation & Créativité, créée par François Hollande juste avant son départ.

Dès les débuts de l'école républicaine en France, "la question s'est posée de savoir comment les sciences pouvaient aider à comprendre les difficultés rencontrées par certains élèves", souligne-t-il auprès de l'AFP.

Certains pédagogues comme Montessori, Freinet ou Piaget avaient d'ailleurs pressenti l'importance du cerveau dans la pédagogie, mais "ils ne pouvaient pas l'observer à l'époque", poursuit cet instituteur de formation.

Selon lui, la grande nouveauté fut l'apparition à la fin du XXe siècle des technologies d'imagerie cérébrale (IRM), qui permettent de comprendre ce qui se passe dans le cerveau qui apprend.

  Source: boursorama.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.